La face cachée du cannabis

Le cannabis est le produit illicite le plus consommé en France, notamment par les jeunes

cannabis_250.jpg

La face cachée du cannabis

Le cannabis est le produit illicite le plus consommé en France, notamment par les jeunes. Pourtant, une consommation régulière n’est pas sans dangers… A 17 ans, un ado sur cinq consomme du cannabis plus de 10 fois dans l’année et 15% d’entre eux plusieurs fois par semaine. A l’approche des vacances, spheremetisse.com donne l’alerte sur cette plante à laquelle un ado peut devenir très vite accro.

Selon les chiffres de l’Office français des drogues et des toxicomanies (OFDT), en 2005 la France compte 1,2 million de consommateurs réguliers dont 550 000 consommateurs quotidiens parmi les 12-75 ans. L’enquête menée il y a deux ans par l’OFDT révèle que 33% des garçons de 17 ans et 22% des filles en ont consommé dans les 30 derniers jours.

A quoi ça ressemble ? Elle se présente sous forme d’herbe, de résine ou d’huile.L’herbe (marijuana, ganja,…) résulte de feuilles séchées. En général, cela se consomme mélangé à du tabac, roulé en cigarettes souvent de forme conique. Si votre ado parle beaucoup de « joint, de oinj» ou de « pétard », tendez l’oreille, parlez-en avec lui et soyez vigilante à son égard.La résine (hash, shit, chichon, …) est obtenue à partir des sommités fleuries de la plante. Le haschich se présente sous forme de plaques compressées ou de barrettes de couleur jaune, brune ou verte. Se mélange avec du tabac et peut-être coupé avec du henné, du cirage ou d’autres substances plus ou moins toxiques.L’huile est une préparation concentrée, consommée au moyen d’une pipe. Les sensations recherchées La consommation d’un joint procure une légère euphorie et une sensation de bien-être et de détente, une modification des perceptions (on pense mieux entendre la musique), mais aussi une légère somnolence.

Effets nocifs Le consommateur de cannabis s’expose à une diminution de ses capacités de mémoire (et difficultés scolaires), ainsi qu’à une régression de sa perception visuelle. Une intoxication aigüe peut se traduire par des vomissements et des tremblements et une impression d’étouffement et d’angoisse forte. Des effets physiques peuvent également apparaître tels qu’un gonflement des vaisseaux sanguins, une augmentation du rythme du pouls et une augmentation de l’appétit. Le consommateur dépendant n’aura plus qu’une seule préoccupation : c’est d’avoir sa dose quotidienne de hash. Cette dépendance varie selon la personnalité, l’histoire personnelle, les habitudes de consommation et l’environnement du consommateur. Alors, durant vos soirées estivales, zappez le « joint et bonheur » !

Pour plus d’infos : www.drogues-dependances.fr

Laisser un commentaire