Etes-vous Fomo ou Jomo ?

addict reseaux sociaux 380Avec l’envahissement des nouvelles technologies dans nos vies, certains n’arrivent plus à se déconnecter ou à l’inverse, on a ceux qui préfèrent tout débrancher pour se donner le temps de vivre hors 2.0. D’où l’appellation de Fomo (Fear of missing out) ou de Jomo (Joy of missing out).

A quoi reconnaît-on le Fomo ? c’est le type qui est tout temps accroché à son iPhone. Il vit à coup de Hashtag et au rythme de ses SMS, de selfies sur Snapchat et de « like » sur Facebook. Il (ou elle) a toujours peur de manquer une info, veut être au courant de tout tout le temps. Il  veut aussi montrer qu’il  a une vie excitante et trépignante. En clair,  c’est un addict à Internet et particulièrement aux réseaux sociaux, nous explique l’Express Styles dans une de ses  éditions récentes.  Souvent touchée par la « génération Y » et les trentenaires, cette « infobésité » ou « anxiété de ratage » est de plus en plus prise en compte par les thérapeutes qui proposent des méthodes de « désintoxication », notamment dans les pays anglo-saxons.

Une fois qu’on a trouvé la parade, qu’on devient moins accro, qu’on se recentre sur une vie plus sereine, on est bon pour passer au Jomo. Oui, à l’inverse du Fomo, « cette Joy of missing out » consiste à débrancher, poursuit l’hebdomadaire sur la double page consacrée à ces nouveaux phénomènes. Pour se persuader de son bien-être, le « Jomo » s’efforce de méditer, de faire des exercices de pensées positives (genre se dire « je me sens bien dans ma vie » etc…) pour éviter cette sensation de vacuité qui pousse à se jeter sur son smarphone pour poster le moindre de ses gestes.

 

Laisser un commentaire